Mairie de Uffholtz

Uffholtz
Un village à vivre, un village solidaire

Nature

Forêt

La moitié du banc d’Uffholtz est composée de forêt à 50% de feuillus et à 50% de résineux. Il n’y a pas de forêt domaniale. L’usage de la forêt est très réglementé (zone natura 2000).La forêt est soumise au « régime forestier » et gérée par l’ONF.

Quelques fondamentaux à partir de ce patrimoine trop souvent maltraité :

La Forêt a trois rôles

  • Protection :  du sol (contre l’érosion, lessivage, les avalanches, fixation des dunes en bord de mer), de l’air, de l’eau, des microclimats, de la biodiversité…
  • Production :
    – de bois : filière bois (de la coupe de l’arbre à la transformation sous toutes ses formes)
    – de « gibiers » pour les chasseurs
    – de menus produits (sapins de Noël, champignons, fruits sauvages, miel…),
    – de produits via les concessions : carrière (graviers, sable, roche…), piste de skis, pâturages, emplacement de constructions (chalets, antennes diverses…)
  • Accueil du public
  • Et la lutte contre le dérèglement climatique
    Par le Stockage du carbone de l’air dans le bois produit : l’exploitation forestière contribue ainsi à la lutte contre le dérèglement climatique, à condition qu’un arbre coupé soit remplacé par un nouvel arbre, par la régénération naturelle (préconisé) ou artificielle (plantations)

A prendre en compte

La forêt est une propriété privée – elle appartient soit au domaine – Etat, soit aux collectivités, aux particuliers…), donc on n’y fait pas ce que l’on veut ! La fréquentation de la forêt par le public va en grandissant, plus particulièrement depuis le développement :
  • des pratiques sportives en plein air : la marche, le ski de fond et de randonnée, le running, le VTT…
  • des manifestations diverses : marches populaires, marches gourmandes, circuits VTT, équestres, géocaching, activités nocturnes…
  • de la cueillette : ramassage de champignon
et depuis l’apparition du COVID…

Le partage de la forêt entre tous les usagers exige :

  • la prise en compte du Code Forestier  et des arrêtés qui règlementent ce qu’il est possible de faire on non en forêt : feu, camping, circulation des véhicules…etc…
  • le respect des exploitations de la forêt : problème de la sécurité des chantiers
  • le respect de l’exercice de la chasse et des chasseurs
  • le respect des marcheurs par les Vététistes – dégradation des sentiers du CV
  • …. Et pour bien comprendre la problématique de la faune et de la chasse à l’heure actuelle…
    https://www.onf.fr

Le partage de la forêt avec les autres êtres vivants

La forêt, c’est l’habitat et le refuge de la faune – besoins de quiétude, de zone de tranquillité
et donc : on ne peut pas circuler partout en forêt !

Quels sont les problèmes sanitaires actuels observés en forêt ?

Liens utiles

Montagnes

Faune et Flore

Le mot de la commune

Claude PETER : un Uffholtzois cinéaste animalier au plus près de la nature de notre Pays Thur Doller.

Claude PETER est un amoureux de la nature, grand connaisseur de la faune et de la flore de notre environnement.

Ses photos quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit sont magiques. C’est un véritable émerveillement de les regarder et un moment de sérénité absolu.

La culture de Claude PETER sur le sujet est impressionnante.

Nous sommes des privilégiés puisqu’il nous offre ses carnets nature dont le premier volet est ici publié sur notre site. D’autres suivront…

Un grand merci, pour ce moment de partage, Monsieur PETER.

Toute la philosophie de ce photographe érudit se retrouve dans cette phrase

« Pour une nature libre et sauvage, pour un partage de ma passion du vivant, que mes photos soient un espoir d’adhésion à sa protection et à son respect. »

Vous pouvez retrouver d’autres publications de Claude PETER sur Déclic Na’Thur

 Le mot de l’auteur

Nous nous sommes peut-être déjà croisés, dans le village, sur les sentiers forestiers ou champêtres de notre commune !

Aujourd’hui, par l’intermédiaire du nouveau site web de Uffholtz, l’occasion m’est donnée de vous faire découvrir la richesse du vivant qui nous côtoie. Sans doute serez-vous quelque peu surpris de voir cette myriade faunistique et floristique, quelque peu révélée à nos yeux par le confinement du début de l’année dernière puisqu’elle s’invitait parfois jusqu’au palier de notre habitation !.Pourtant elle était déjà là bien avant. Peut-être n’avions nous juste pas la sensibilité de nous en préoccuper.

Photographe animalier amateur, guide nature et conservateur d’une zone naturelle, à titre bénévole, je vous propose désormais aussi, au fil de l’année, un voyage nature à partir du  banc de la commune et consultable sur  www.uffholtz.fr

Nous commencerons prochainement celui-ci avec le carnet N°1 intitulé « Introduction » qui va vous familiariser avec les différents milieux et habitats, détaillés lors de prochaines publications.

Vous trouverez ci-dessous mes coordonnées de contact. N’hésitez pas à me solliciter pour toute question ou information. Je suis preneur !

Claude  PETER                     claude.peter3@ wanadoo.fr

            ©Cl. PETER

            ©Cl. PETER

La chasse

Une activité souvent incomprise mais indispensable à l’équilibre environnemental

Alsace, terre de chasse et de traditions

 

Intéressons-nous aujourd’hui aux chasseurs de l’association de chasse les Genets qui chassent sur le lot de chasse n°2 sur la commune d’UFFHOLTZ.

 Parole d’un spécialiste : Marc SPINNER

Lors de vos promenades en forêt sur votre commune, vous avez probablement croisés un ou plusieurs chasseurs. Vous vous êtes certainement demandés : mais qui sont-ils ? Que font ses chasseurs sur la Commune, quel est leurs rôles, leurs utilités.

 

Activité ancestrale, la chasse plonge ses racines au plus profond de l’évolution de l’homme et de l’histoire de l’humanité. Au-delà de son rôle nourricier, elle est à l’origine du développement de la technique et du progrès en général par le biais de la conception d’outils, les premières armes compensant l’infériorité physique de l’humain face aux animaux.

L’évolution de la chasse nourricière vers une chasse d’appoint puis de loisir, dont le rôle social et économique est indéniable se positionne comme la 3ème activité de loisirs des français. Elle a pris ces dernières années un virage majeur dans le cadre d’une demande toujours plus forte de protection de l’environnement mais surtout de régulation des espèces.

Le saviez-vous : La chasse en France représente (source fédération nationale des chasseurs) :

  • 3.6 milliards d’€ de chiffre d’affaires
  • 2,1 milliards d’€ de valeur ajoutée au PIB.

Autant dire qu’elle joue un rôle majeur pour l’équilibre et le développement de nos territoires ruraux.

 

Pourtant, la chasse fait face aujourd’hui à une vision simpliste, souvent caricaturale, fausse ou erronée, véhiculée par les médias, les réseaux sociaux des groupements anti-chasse ou d’association militant pour le bien-être animal.

 

En réalité, le chasseur de 2022 s’inscrit dans une démarche éthique et écologique, respectueuse de la nature et des autres usagers du milieu naturel. Il exerce sa passion, son art de vivre en acteurs lucides et responsables des équilibres agro-sylvo-cynégétiques et du développement durable en gardant à l’esprit le volet sécuritaire.

Le saviez-vous : la Loi impose aux chasseurs une formation Sécurité à la chasse tous les 10 ans ?

 

De nos jours, en l’absence de prédateurs naturels (lynx, loup, ours), la chasse permet de réguler l’équilibre forêt-gibier. Le chasseur est à la fois gestionnaire et acteur de la protection de la nature, par sa connaissance de la faune, mais aussi par son implication dans l’aménagement des milieux, la lutte pour le continuum des espaces, la recherche sur les espèces, le maintien de la biodiversité, la veille sanitaire et la régulation des espèces invasives. C’est pourquoi, l’activité de chasse est reconnue au titre de la protection de la nature et contribue au développement durable.

 

Et qu’en est-il à UFFHOLTZ ?

UFFHOLTZ, commune du Haut-Rhin, à l’instar du Bas-Rhin et de la Moselle, est régi par le droit local issu de l’héritage culturel cynégétique germanique qui constitue la spécificité de la chasse alsacienne.

Cette spécificité permet à la commune de louer pour 9 ans, 3 lots de chasse, 1 lot dans la plaine et les 2 autres en montagne. Les baux de chasse représentent une rentrée d’argent utile à l’équilibre du budget de notre commune.

 

Situé en zone du piémont Vosgien, la forêt d’UFFHOLTZ composé d’hêtraie sapinière entre 600 et 1000 m fortement enrésinée et les collines sous-vosgiennes entre 300 et 600 m à dominantes de prairies, de forêts de feuillus (chênes, hêtres, noyers) de résineux (Epicéa, sapins), de vergers et de vignes, présente un biotope particulièrement favorable à la grande faune.

 

Le massif est fréquenté de manière régulière par le chevreuil, le chamois, le sanglier, plus irrégulièrement par le roi de la forêt, le cerf. Le petit gibier, lièvre, faisan, perdrix, renard, blaireau repeuplent de plus en plus le territoire grâce à une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires par le monde agricole.

 

Il apparait sur le secteur de la commune d’UFFHOLTZ, une abondance de grand gibier qui compromet la régénération naturelle en consommant les jeunes semis entraînant une baisse de la biodiversité et provoquant aussi de nombreux dégâts qui ruinent le labeur des hommes.

 

En quête d’une nourriture qu’il ne trouve plus en forêt, le sanglier notamment, se rapproche des habitations pour devenir la” bête noire” des agriculteurs (labourage des champs et prairies, consommation des cultures de maïs, pommes de terre…) autant que des viticulteurs (labourage entre les rangs de vignes et razzia sur les raisins)

Le saviez-vous : Les dégâts causés par les sangliers sont pris en charge par le Fonds Départemental d’Indemnisation des Dégâts de Sangliers (FIDS 68) dont les ressources proviennent exclusivement des cotisations des chasseurs. Le montant des dommages versés aux agriculteurs du Haut-Rhin se sont élevés pour 2021 à 2 264 517 €.

 

Présente sur la commune d’UFFHOLTZ depuis 1996, l’association de chasse Les Genêts loue le territoire qui s’étend du village jusqu’au chemin du noyer en limite des communes de STEINBACH et WATTWILLER soit 280 Ha de surface. Nous avons pu agrandir le territoire en 2015 en reprenant le lot de chasse N°2 de WATTWILLER contiguë à UFFHOLTZ, la superficie passant ainsi à pratiquement 800 ha.

 

Composée de huit membres, pour la plupart résidant dans le Haut-Rhin, nous comptons dans nos rangs 2 partenaires suisses et une chasseresse résidant entre l’Alsace et l’Allemagne. Un garde-chasse particulier s’occupe de la gestion et de l’aménagement du territoire. Vous pouvez nous rencontrer au chalet de chasse situé sur la route des Crêtes, à la sortie d’UFFHOLTZ.

 

Présent régulièrement sur le terrain, nous régulons les populations de sangliers et de cervidés conformément au plan de chasse élaboré par la Fédération des Chasseurs du Haut-Rhin dans le respect du schéma départemental de gestion cynégétique approuvé par arrêté préfectoral.

 

Pour mener à bien nos missions, nous privilégions la chasse à l’affût au mirador et l’approche aussi appelées “chasses silencieuses”. Ce mode de chasse se pratique toute l’année, principalement au printemps et durant l’été, au lever du jour ou à la tombée de la nuit. Pratiqué en solitaire, il ne dérange pas la faune environnante. Il permet une meilleure sélection dans les prélèvements favorisant ainsi la gestion et l’équilibre de la faune sauvage. De plus, quelle meilleure façon d’apprécier la quiétude de la nature, de s’en imprégner, à l’écoute des bruits de la forêt ou de la nuit : l’aboiement d’un brocard, le piaillement des oiseaux, le brame d’un cerf, le coucou qui coucoule ou le hibou qui hulule, toutes ces symphonies qui malheureusement sont bien souvent perturbées par le bruit et les nuisances de notre monde que l’on qualifie de moderne…

 

Quand arrive l’hiver, la chasse de battue prend le relais. Pour ne pas déranger les usagers de la nature du dimanche, nos battues sont organisées uniquement le samedi. Moment fort de la chasse alsacienne, c’est une chasse collective ou l’on retrouve ses amis, que de nouvelles relations se nouent. Même si cette forme de chasse est moins sélective, elle nous permet d’atteindre les minima des plans de chasse qui sont fixés par l’administration.

Le saviez-vous : les chasseurs sont verbalisés si les objectifs ne sont pas atteints, l’amende pouvant aller jusqu’à 1500€ par animal.

 

C’est au soir de ces belles journées riches de rebondissements et d’émotions que tout le monde se retrouve pour rendre les honneurs au gibier en remerciant St Hubert d’avoir été avec nous. C’est en se réchauffant auprès du poêle à bois que, tous ensemble, nous pouvons déguster le fameux repas de chasse, tellement caricaturé, mais ressemblant tellement à n’importe quel moment de retrouvailles entre amis partageant la même passion, tous loisirs ou sports confondus. La tradition gastronomique alsacienne ne se limite heureusement pas qu’au monde la chasse et n’en doutez pas, la modération est y de mise comme partout.

 

Un mot sur la venaison : le gibier présente des caractéristiques nutritionnelles très intéressantes et correspond aux nouvelles préoccupations des consommateurs adepte d’une alimentation saine et locale. Très digeste et pauvre en matières grasses et en sodium, c’est une bonne source de phosphore, de potassium et de fer. Le gibier que nous avons prélevé est vendu à nos clients amateurs de viande sauvage, à des restaurateurs mais ce réseau montre vite ses limites. C’est pourquoi, n’hésitez pas à nous contacter si vous voulez profiter, vous aussi des bienfaits du naturel de la viande sauvage de votre village.

 

Le dérangement en forêt : Un fléau exponentiel : Marche populaire et randonnée pédestre des fois nocturne, randonnée VTT organisée ou sauvage hors des chemins de préférence et en descente, voire de nuit, balade équestre, course sportive, balade gourmande, cueilleurs de champignons et ramasseurs de châtaignes en bande organisées, marcheurs extrême hors des chemins, Quad, moto-verte circulant sans autorisation et pour certains de nuit aussi, rallye automobile et course de drift sauvage sur la route des crêtes sont le lot quotidien des atteintes au territoire.

Ces pratiquants sont toujours plus nombreux et considèrent la forêt comme une aire de jeu ou tout est permis, sans limite et partage avec les autres utilisateurs (y compris les ayants droits que sont les forestiers et les chasseurs). Le dérangement perpétuel et l’intrusion dans le milieu engendre bien évidement un impact négatif : une destruction de la flore et pour la faune, une détérioration de l’état physique de l’animal du fait du stress continuel pouvant entrainer la mort prématurée. Il a été prouvé que les dégâts sont aussi la conséquence du dérangement. Les animaux fortement dérangés compensent les pertes énergétiques en se nourrissant plus (abroutissement sur les jeunes pousses, ravages dans les prés et cultures….) et cela sur des parcelles plus restreintes. Cela a aussi pour conséquence une modification des habitudes du gibier qui, originellement est diurne, devient nocturne rendant de plus en plus difficile l’accomplissement de la mission de régulation confiée au chasseur.

            ©Cl. PETER

En 1 clic

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Actualités

Évènements

Formalités

Plan de la commune

Location de salles

Urbanisme

Contact

Civisme

Périscolaire

Pays de Thur-Doller

CCTC

Arriver / Quitter Uffholtz

Aller au contenu principal